Etude à propos de l'impact des dépressions sur le travail

A l'occasion de la Journée mondiale de la santé mentale (10 octobre) une étude a été réalisée à propos de l'impact des dépressions sur le travail. Parmis les travailleurs victimes d'une dépression, 27% sont en incapacité de travail durant une période de trois ans.

Cause numéro 1

La dépression est la cause principale de l'incapacité de travail en Belgique: 7% des Belges y ont été confrontés l'an dernier. Pour mieux évaluer les conséquences financières de la maladie, les fonds de maladie indépendants ont réalisé une estimation d'après les données de 26.600 adultes, âgés entre 18 et 65 ans, qui souffrent de dépressions.

Ils ont analysé les médicaments, séances de psychothérapie, hospitalisations et incapacités de travail sur une période de cinq ans. Il apparait que 25% des adultes victimes d'une dépression ont été admis au moins une fois à l'hôpital pour traitement psychiatrique et cela pour une période de 65 jours. 27% des patients restent en incapacité trois ans, et pour 17% cela s'élève même à cinq ans.

Remèdes

Pour tuer dans l'oeuf l'emprise de la maladie, on opte souvent pour une psychothérapie. Malgré que ce soit le traitement le plus recommandé, seule la moitié des patients adultes a suivi une psychothérapie pourtant remboursée. Souvent le traitement était trop court pout améliorer l'état de santé et l'on en revient aux antidépresseurs. Mais le traitement par médicaments pose également question. La moitié des adultes dépressifs avale quatre mois par an des antidépresseurs. Néanmoins les médecins conseillent davantage une cure de neuf à douze mois.

Couts importants

Les dépenses pour les soins d'un adulte dépressif s'élèvent à 5.900 euros par an, c'est le triple de la moyenne des citoyens belges (1.800 euros). Chez 10% des patients ces coûts sont encore plus élevés. Il s'agit ici de patient qui sont admis à l'hôpital pour traitement psychiatrique. Leurs dépenses peuvent s'élever jusqu'à 14.500 euros par an. Si l'on prend en compte l'incapacité de travail, les montants peuvent aller jusqu'à 27.900 euros.

Source : Sentral

29.03.2018

Une approche plus dure des conducteurs qui récidivent en roulant en défaut d’assurance Lire la suite

23.03.2018

Le titulaire de la plaque d’immatriculation du véhicule flashé doit communiquer l’identité du conducteur Lire la suite

14.03.2018

Moins d’accidents de la route grâce à l’analyse du style de conduite des chauffeurs de camions Lire la suite

08.03.2018

Modification du Code de la Route pour les camions, autocars et véhicules agricoles dès le 1er avril Lire la suite

NEWSLETTER
site web par Kluwer EasyWeb

Nous utilisons des cookies pour retenir vos préférences de langage et améliorer votre expérience de surf. En savoir plus[OK]