Réduction à 2% du taux d'intérêt maximum pour les assurances-vie de longue durée

Le taux d'intérêt maximum pour les assurances-vie de longue durée est porté à 2%, comme l'indique un arrêté ministériel du 20 janvier 2016.

Banque nationale

Il ressort de l'introduction du nouvel arrêté que la Banque nationale de Belgique (BNB) a décidé en date du 22 décembre 2015 de réduire le taux d'intérêt maximum pour les assurances-vie de longue durée de 3,75% à 1,5%.

La BNB entend de cette manière aligner davantage le taux d'intérêt maximum sur le taux d'intérêt du marché. L'Autorité belge de la concurrence n'y voit pas d'inconvénient pour autant qu'il n'y ait pas d'autres mesures entraînant moins de distorsions de la concurrence et pouvant aboutir au même résultat.

Garantie de rendement

Mais il a été finalement opté pour un taux d'intérêt maximum de 2%. La révision de la garantie de rendement pour les pensions complémentaires opérée récemment a joué un rôle important dans cette décision.

Depuis le début de cette année, le taux d'intérêt de cette garantie est égal à un pourcentage de la moyenne sur les vingt-quatre derniers mois des obligations linéaires belges (OLO) à dix ans. Il est donc conforme aux rendements sur les marchés financiers, avec un minimum de 1,75% et un maximum de 3,75%. Le taux d'intérêt est en outre le même pour les cotisations patronales et les cotisations personnelles. Le taux d'intérêt qui est d'application depuis le 1er janvier 2016 est de 1,75%.

Assurances-vie Branche 21

Dans le cas des pensions complémentaires qui sont conclues via une assurance de groupe auprès d'une entreprise d'assurances, les cotisations sont souvent investies dans des assurances-vie de la branche 21. Il est donc question d'un lien évident entre la garantie de rendement minimum pour les pensions complémentaires et le taux d'intérêt maximum prévu pour les assurances-vie de la branche 21.

Dans le cas d'un intérêt maximum de 1,5% pour les assurances-vie de longue durée, comme le propose la BNB, les entreprises d'assurances se retrouvent dans l'impossibilité de garantir, pour l'investissement des cotisations des pensions complémentaires dans une assurance-vie de longue durée, le rendement minimum de 1,75%, tel qu'argumenté dans l'introduction de l'arrêté du 20 janvier 2016. Par ailleurs, le Conseil d'Etat avait également soulevé ce problème.

Autre argument : dans le cas d'un taux d'intérêt maximum de 1,5%, les employeurs ne seraient plus motivés à élaborer pour leurs travailleurs un régime de pension complémentaire via le système des assurances de groupe. Enfin, il est important pour les entreprises d'assurances de pouvoir conserver une marge minimale entre le taux qu'elles doivent proposer au minimum sur les assurances pension complémentaire, d'une part, et le taux maximum qu'elles peuvent proposer sur les assurances-vie de longue durée, d'autre part.

30.10.2017

Accident avec un véhicule immatriculé à l’étranger Lire la suite

26.10.2017

Subventions vertes pour les poids lourds Lire la suite

19.10.2017

Avantages et désavantages du télétravail Lire la suite

25.09.2017

Dommages causés à ou par un transporteur de palettes Lire la suite

NEWSLETTER
site web par Kluwer EasyWeb

Nous utilisons des cookies pour retenir vos préférences de langage et améliorer votre expérience de surf. En savoir plus[OK]