Le ministre veut également équiper les utilitaires légers d'un tachygraphe

Toute personne utilisant un utilitaire léger - de moins de 3,5 tonnes - dans le but de transporter des marchandises pour le compte de tiers risque également de devoir respecter des temps de conduite et de repos. Actuellement, les chauffeurs de poids lourds peuvent rouler au maximum neuf heures par jour, en deux blocs de 4,5 heures. Or, les firmes internationales s'emploient à contourner cette règle en utilisant de petites camionnettes. Le ministre de la Mobilité, François Bellot (MR), entend éviter que les entreprises de transport recourent à ce subterfuge pour s'exonérer de l'obligation de respecter les règles et pense à instaurer un tachygraphe obligatoire, comme le révèle Het Nieuwsblad.

L'an dernier, la Belgique a enregistré l'immatriculation de 160.000 utilitaires légers, soit une hausse de 20.000 unités en deux ans à peine. “L'e-commerce explique en partie cette augmentation. Mais il est clair qu'il existe d'autres raisons. Les sociétés internationales ont découvert une lacune dans notre législation”, explique le député David Geerts (SP.A), auteur d'une question parlementaire posée sur le sujet au ministre de la Mobilité, François Bellot (MR). Ce dernier partage cette inquiétude et planche sur l'imposition d'un tachygraphe obligatoire. Ce dispositif enregistre tous les temps de circulation et de repos et les utilitaires légers (moins de 3,5 tonnes) devraient bientôt y être soumis eux aussi.

“Celui qui circule à bord de ce type de camionnette n'est pas obligé de respecter la limite des neuf heures de circulation journalières, ni la pause après 4,5 heures de conduite, ce qui est extrêmement insécurisant. De même, ces chauffeurs n'ont pas besoin d'une autorisation de transport et ne s'acquittent pas de la redevance kilométrique, laquelle n'est obligatoire que pour les poids lourds. Le secteur du transport est donc demandeur d'une homogénéisation des règles pour tout le monde”, explique Isabelle De Maegt de la fédération des transporteurs Febetra, qui est en faveur d'une telle mesure.

“Nous ne visons pas le petit indépendant qui circule avec sa camionnette pour son propre compte, qu'il soit peintre ou horticulteur, par exemple. La mesure doit cibler les transporteurs de marchandises pour le compte de tiers”, explique-t-on au sein du cabinet Bellot.

La distribution de colis, comme chez Bpost et PostNL, est donc également visée. Au sein de Bpost, il se dit qu'en principe, les chauffeurs ne prestent pas de longues heures sur les routes. “Nos camionnettes que l'on voit circuler en journée ne font que de courts trajets”, explique la porte-parole de l'entreprise, Barbara Van Speybroeck, dans De Tijd. Selon elle, il est trop tôt pour juger si la mesure pourrait avoir un impact sur l'entreprise de distribution de courrier.

Le ministre Bellot ne peut toutefois monter seul au front. “Vu qu'il s'agit d'une réglementation européenne, la Belgique a déjà demandé à la Commission européenne d'étudier la faisabilité d'une telle mesure. Nous constatons que d'autres États membres sont sur la même longueur d'onde. C'est un argument que nous ne manquerons pas d'utiliser”, poursuit François Bellot. La Commission européenne est appelée à revoir l'ensemble de la réglementation du transport routier dans le courant de cette année. Il y a donc tout lieu de s'attendre à ce que ce tachygraphe fasse partie de la révision. Mais pour l'instant, ce n'est toujours pas une obligation.

Source : Sentral

30.09.2020

Les assureurs ne pourront utiliser les données issues de capteurs de santé Lire la suite

21.09.2020

Une carte verte au format électronique ? Lire la suite

14.09.2020

Le taux d’intérêt maximum pour les assurances vie de longue durée reste fixé à 2 % Lire la suite

07.09.2020

Covid-19 : les permis provisoires expirés sont prolongés jusqu’au 31 décembre inclus Lire la suite

NEWSLETTER
site web par Kluwer EasyWeb

Nous utilisons des cookies pour retenir vos préférences de langage et améliorer votre expérience de surf. En savoir plus[OK]