Consensus toujours plus important à propos d'un prélèvement kilométrique universel

Deux ans après son introduction, le prélèvement kilométrique pour les poids lourds a déjà rapporté en Belgique plus de 1,3 milliard d'euros de péages. Entre-temps, de plus en plus d'acteurs économiques et sociaux sont convaincus du bien-fondé d'un prélèvement kilométrique général, y compris pour les voitures.

En 2017, le prélèvement kilométrique pour les poids lourds (+3,5 tonnes) a rapporté 676 millions d'euros. Au total, ces poids lourds ont parcouru 6,13 milliards de kilomètres sur des routes à péage. C'est ce qu'a annoncé Viapass lors de la présentation du rapport annuel 2017 de l'entité interrégionale. Étant donné que le prélèvement kilométrique est entré en vigueur le 1er avril 2016, ce fut le premier exercice complet. Viapass a malgré tout déjà procédé à plusieurs comparaisons marquantes en vue de distiller les tendances des 21 premiers mois. Le nombre moyen de kilomètres parcourus a ainsi augmenté de 3,41 % l'an dernier. Les péages perçus mensuellement n'ont pas augmenté proportionnellement (+3,17 %), ce qui peut s'expliquer par une augmentation du nombre de poids lourds écologiques Euro 5 et Euro 6.

En vue d'examiner la croissance générale, les revenus annuels à partir d'avril en 2016-2017 et 2017-2018 ont été comparés. La première année a rapporté 660 millions d'euros, tandis que la deuxième année a rapporté 686 millions d'euros, soit une augmentation de 4,1 %. En termes de distances parcourues, cela correspond à 5,972 milliards de kilomètres au cours des 12 premiers mois et 6,177 milliards de kilomètres au cours des 12 mois suivants, soit une augmentation de 3,4 %. Dans cette comparaison, il faut certes tenir compte des différentes indexations. La Flandre et Bruxelles ont indexé leurs tarifs au 1er juillet 2017, la Wallonie au 1er janvier 2018. La Wallonie a ajouté 33 kilomètres à son réseau de routes à péage au 1er juillet 2017, la Flandre y a ajouté 157 kilomètres au 1er janvier 2018.

Les chiffres ont à présent été publiés dans le troisième rapport annuel de Viapass.

Étape suivante : les voitures ?

Les organisations et experts dans le domaine de la mobilité plaident depuis déjà longtemps en faveur d'un prélèvement kilométrique général intelligent pour les voitures et les poids lourds. Ces dernières années, d'autres acteurs ont étonnamment réagi en ce sens.

La fédération sectorielle Febiac plaide aujourd'hui aussi clairement en faveur de l'introduction d'un prélèvement kilométrique intelligent, pour les poids lourds et les voitures, avec un tarif au kilomètre variable en fonction du moment et de l'endroit du trajet. À l'heure actuelle, les frais pour les poids lourds sont toujours aussi élevés que lorsqu'ils circulent en dehors des heures de pointe. La Febiac préconise des tarifs plus élevés aux heures de pointe et dans les embouteillages, qui doivent également s'appliquer aux automobilistes. Ceci constituerait un levier vers une meilleure mobilité, la Febiac visant clairement moins d'embouteillages. La fédération sectorielle a calculé qu'une réduction du trafic aux heures de pointe de l'ordre de 5 % à 10 % pourrait réduire jusqu'à 40 % des files. Mais elle renvoie également à l'écologisation du parc automobile, qu'un prélèvement intelligent pourrait accélérer. Le prélèvement kilométrique pour les poids lourds prouve que cet effet est aujourd'hui déjà bien réel.

La Febiac suggère que ce prélèvement kilométrique intelligent remplace la TMC et la taxe de circulation. Si ces redevances fixes disparaissent, on ne taxera plus la possession de la voiture, mais bien son utilisation, en fonction du lieu et de l'heure. La fédération plaide également en faveur d'une meilleure coordination des différents moyens de transport, tels que les transports en commun, le vélo, les projets d'utilisation partagée et la voiture. Il faut également travailler sur le budget mobilité et sur la promotion du travail à domicile dans les entreprises.

L'organisation d'employeurs Voka a également réagi en ce sens aux chiffres de Viapass sur le prélèvement kilométrique pour les poids lourds. " Deux ans après l'introduction du prélèvement kilométrique, la conclusion est qu'il représente surtout un coût supplémentaire pour nos entreprises. Il n'existe pas de véritable solution de mobilité. Si nous voulons réellement améliorer notre mobilité de façon structurelle, il nous faudra instituer un prélèvement kilométrique intelligent applicable à l'ensemble du transport routier. Se concentrer exclusivement sur le transport de marchandises n'est pas suffisant. Nous ne pouvons nous attaquer au problème de la mobilité que si tout le monde fait un effort. Nous appelons le Gouvernement flamand à s'atteler au plus vite à l'introduction d'un prélèvement kilométrique général ", commente l'administrateur délégué Hans Maertens.

Source : Sentral

30.09.2020

Les assureurs ne pourront utiliser les données issues de capteurs de santé Lire la suite

21.09.2020

Une carte verte au format électronique ? Lire la suite

14.09.2020

Le taux d’intérêt maximum pour les assurances vie de longue durée reste fixé à 2 % Lire la suite

07.09.2020

Covid-19 : les permis provisoires expirés sont prolongés jusqu’au 31 décembre inclus Lire la suite

NEWSLETTER
site web par Kluwer EasyWeb

Nous utilisons des cookies pour retenir vos préférences de langage et améliorer votre expérience de surf. En savoir plus[OK]