Assouplissement des normes relatives au permis de conduire pour les personnes atteintes d'une maladie cardiovasculaire

À partir du 18 juillet 2020, il sera un peu plus facile pour les personnes atteintes d'une maladie cardiovasculaire d'obtenir leur permis de conduire. Les critères ont été assouplis pour mieux tenir compte des connaissances médicales actuelles. Celles-ci ont énormément évolué ces dernières années, surtout en ce qui concerne l'évaluation des risques pour la sécurité routière. Ces modifications permettent à notre pays de s'aligner sur les exigences de la directive européenne 2016/1106.

Voitures, camions, bus et véhicules agricoles

Des nouveautés interviennent pour :

les candidats du groupe 1 : à savoir les candidats à un permis de conduire AM, A1, A2, A, B (voitures), B+E ou G (véhicules agricoles) ;

les candidats du groupe 2 : à savoir les candidats à un permis de conduire C1, C1+E, C (camions), C+E, D1, D1+E, D (bus) ou D+E et entre autres aussi les candidats chauffeurs de taxi, les candidats au transport rémunéré d'élèves et les candidats au transport de personnes effectué au moyen d'ambulances.

Normes générales

Candidats du groupe 1

Les candidats qui souffrent d'une affection présentant un risque accru d'événement soudain invalidant sont désormais inaptes à la conduite, à l'instar de ce qui s'applique déjà aux candidats souffrant d'une affection avec risque accru de perte de conscience soudaine. La notion de " défaillance brutale " a été supprimée.

Seuls les candidats qui souffrent de troubles sévères (NYHA classe 4) à la suite d'une insuffisance cardiaque chronique, d'une déficience des artères coronaires, d'une cardiomyopathie, d'une déficience congénitale ou acquise des valvules avec ou sans prothèse ou d'une anomalie congénitale ou acquise au niveau du coeur ou des artères principales sont encore considérés comme inaptes à la conduite. La disposition selon laquelle peuvent être déclarés aptes à la conduite les candidats qui présentent des troubles légers ou modérés à la suite d'une insuffisance cardiaque chronique lors d'un effort physique normal ou léger (NYHA classe 2), d'une déficience des artères coronaires, d'une cardiomyopathie, d'une déficience congénitale ou acquise des valvules (avec ou sans prothèse) ou d'une anomalie congénitale ou acquise au niveau du coeur ou des artères principales a été abrogée.

Candidats du groupe 2

Désormais, ce groupe est également soumis à la règle générale selon laquelle les candidats qui souffrent d'une affection présentant un risque accru de perte de conscience soudaine ou d'événement soudain invalidant sont inaptes à la conduite.

Nous pouvons lire ensuite que les candidats souffrant de troubles uniquement lors d'un effort physique lourd (NYHA classes 1 et 2) à la suite d'une insuffisance cardiaque chronique, d'une cardiomyopathie, d'une déficience congénitale ou acquise du coeur et des vaisseaux coronariens, d'une déficience congénitale ou acquise des valvules (avec ou sans prothèse) ou d'une maladie ischémique du coeur due à une déficience des artères coronaires peuvent être déclarés aptes à la conduite pour une durée de maximum trois ans sur la base d'un rapport établi par un cardiologue.

Les candidats souffrant de troubles d'effort lors d'un effort physique normal ou au repos (NYHA classes 3 et 4) sont inaptes à la conduite.

Exigences de formation

Candidats du groupe 1

Les candidats qui souffrent de cardiopathie électrique symptomatique, comme le syndrome Brugada et le syndrome du QT long, sont inaptes à la conduite. Toutefois, dans le cas d'un défibrillateur automatique implanté, ils peuvent à présent être déclarés aptes à la conduite dans le respect de strictes conditions.

Candidats du groupe 2

Les candidats qui présentent des troubles graves du rythme cardiaque ou de la conduction atrio-ventriculaire sont inaptes à la conduite, tout comme les candidats porteurs d'un stimulateur cardiaque implanté. Mais désormais, cette règle s'applique uniquement durant le premier mois qui suit l'implantation du stimulateur cardiaque ou le remplacement de l'électrode. Précédemment, la personne était inapte à la conduite durant les trois mois qui suivaient l'implantation ou le remplacement de l'électrode.

Système coronarien, myocarde et insuffisance cardiaque

Enfin, les conditions relatives aux candidats souffrant d'affections du système coronarien et du myocarde ont été modifiées, entre autres pour les personnes qui souffrent de bradyaritmie à la suite de la maladie du noeud sinusal ou d'une hypertension maligne non contrôlée.

Les candidats du groupe 1 dont la fonction cardiaque est soutenue par un dispositif d'assistance peuvent désormais être déclarés aptes à la conduite par le cardiologue du centre qui est responsable de la surveillance de ce dispositif médical et du traitement du candidat concerné. L'attestation d'aptitude à la conduite est valable maximum trois ans. Les candidats du groupe 2 qui ont un dispositif d'assistance cardiaque sont inaptes à la conduite.

Entrée en vigueur : le 18 juillet 2020.

24.08.2020

Responsabilité lors d'un accident Lire la suite

03.08.2020

Vrijstelling van BIV voor elektrische voertuigen en nieuwe nummerplaten Lire la suite

23.07.2020

Prime 2020 pour les entreprises wallonnes qui réduisent la consommation d'énergie ou les émissions sonores de leurs véhicules lourds Lire la suite

10.07.2020

Le Covid-19 est une maladie professionnelle dans les secteurs cruciaux et les services essentiels Lire la suite

NEWSLETTER
site web par Kluwer EasyWeb

Nous utilisons des cookies pour retenir vos préférences de langage et améliorer votre expérience de surf. En savoir plus[OK]