Kom op tegen Kanker demande que soit élargi le droit à l'oubli

 "Cinq ans après ma guérison, je ne pouvais toujours pas obtenir une police d'assurance pour revenu garanti. Je n'ai pas pu démarrer en tant qu'indépendant ", explique Maarten Vernaillen, l'un des 123 (ex-) cancéreux de la dernière étude de Kom op tegen Kanker. Cela montre que les (ex-) patients atteints de cancer ont encore beaucoup de difficultés à souscrire une assurance ou à obtenir une protection financière suffisante grâce à cette assurance.

Kom op tegen Kanker préconise donc d'élargir le droit à l'oubli.

Le droit à l'oubli ne s'applique actuellement qu'à ceux qui demandent une assurance solde restant dû dix ans après la fin d'un traitement anticancéreux réussi. La loi interdit donc aux assureurs de prendre en compte cette maladie.

L'année dernière, Kom op tegen Kanker a appelé les personnes atteintes de cancer et leurs proches à partager leurs expériences avec l'assurance. Le rapport de recherche publié aujourd'hui par l'organisation montre qu'un cinquième (22%) de tous les cancéreux et ex-cancéreux qui ont témoigné rapportent des problèmes avec l'assurance de revenu garanti. 7% éprouvent des difficultés avec l'assurance voyage. L'assurance hospitalisation est un problème pour un tiers (31%) des répondants. Fait remarquable, 28% des anciens patients cancéreux interrogés rencontrent des problèmes avec plus d'une police d'assurance. L'assurance solde restant dû reste également difficile d'accès.

Kom op tegen Kanker propose donc d'étendre le droit à l'oubli aux polices d'assurance autres que l'assurance solde restant dû. En outre, les conditions actuelles de cette assurance solde restant dû doivent encore être raccourcies. Pour certains cancers, une période inférieure à dix ans s'applique déjà. Ces durées raccourcies devraient être étendues à d'autres cancers et encore raccourcies. De plus, pour les cancéreux mineurs - tout comme en France, au Luxembourg et bientôt aux Pays-Bas - la durée générale de cinq ans devrait s'appliquer au lieu des dix ans qu'ils envisagent actuellement.

L'organisation propose 54 solutions. Par exemple, l'ONG propose que les suppléments d'honoraires disparaissent pour que l'hospitalisation reste abordable. L'assurance hospitalisation pour les personnes ayant des antécédents de cancer ne fournit pas toujours la couverture nécessaire, de sorte que les frais propres en cas d'hospitalisation peuvent être élevés. Les indemnités de maladie, qui sont maintenant souvent en dessous du seuil de pauvreté, doivent également être augmentées. C'est certainement important pour les personnes pour qui l'assurance revenu garanti est difficile d'accès. Ce n'est qu'alors qu'une personne ayant des problèmes de santé dispose encore d'un budget qui lui permet de participer pleinement à la société.

24.11.2020

Action directe, action récursoire ou recours Lire la suite

20.11.2020

België implementeert nieuwe Europese drone-wetgeving, regels in werking op 31 december 2020 Lire la suite

16.11.2020

Incapacité de travail des indépendants : les mutuelles peuvent temporairement payer une indemnité pour les jours de maladie antérieurs à la signature du certificat Lire la suite

20.10.2020

Reconnaisance de la responsabilité Lire la suite

NEWSLETTER
site web par Kluwer EasyWeb

Nous utilisons des cookies pour retenir vos préférences de langage et améliorer votre expérience de surf. En savoir plus[OK]